snapchat bigger than fiction pubdigitale

Bigger Than Fiction lance la première opération second écran sur Snapchat !

Après le succès second écran de Tokyo Reverse, Bigger Than Fiction, EDEN DOC et France 4 récidivent à l’occasion de la diffusion de Slow Moscow, pépite visuelle de six heures dont les scènes de danse au ralenti ont été complétées par des vidéos éphémères postées sur Snapchat.

La Slow TV, qu’est-ce que c’est ?!

Si la Slow TV est née à la fin des années 60 aux États-Unis, c’est en Norvège qu’elle connaît un réel essor à partir de 2009. Trajets de train, de bateau, feux de bois ou encore marathons de tricot, les téléspectateurs se passionnent pour ces programmes hypnotiques dont le plus connu — l’emblématique Hurtigruten – minutt for minutt — a réuni la moitié de la population du pays au fil de ses 134 heures de diffusion !

En France, le concept s’exporte en 2014, avec Tokyo Reverse, virée hallucinée de neuf heures dans les rues d’un Tokyo qui marche à l’envers. EDEN DOC et France 4 sont aux manettes et Bigger Than Fiction à l’animation digitale. Célébrée sur les médias sociaux pour sa créativité et l’originalité de son dispositif second écran, l’expérience fait des petits, et, en octobre 2015, Slow Moscow pointe le bout de son nez.

Le transmédia au plus près du contenu TV

Pendant six heures, Slow Moscow suit les joutes ralenties d’un couple de danseurs autour desquels la capitale russe évolue en accéléré. Bigger Than Fiction a pensé un dispositif transmédia qui complète le programme sans le parasiter. Consciente que lors de la diffusion du premier volet, « le second écran est devenu le premier », l’agence a produit un maillage de contenus ambitieux articulant la proximité de Twitter et, pour la première fois en France, le caractère éphémère de Snapchat.

Tournés à Moscou au plus près du programme TV, les contenus Snapchat offrent un regard alternatif sur les images de l’antenne et misent sur la qualité. Des saynètes poétiques du « prequel » dont la musique originale envoûtante accompagne le spectateur jusqu’à la diffusion, aux Stories et DM – vidéos proposant, pour chacun des 24 « tableaux » de l’émission, un autre angle de vue sur l’action et des contenus making-of exclusifs – tout est pensé pour favoriser l’immersion… et la respiration !

Une performance renouvelée

Le soir de la diffusion, la performance n’était pas uniquement à la télévision puisque c’est un marathon d’animation digitale de six heures qui s’est ouvert parallèlement, sur les médias sociaux. 120 séquences vidéos Snapchat ont rythmé la soirée. À chaque scène du contenu TV correspondaient une Story et un DM Snapchat offrant respectivement un angle alternatif, à vitesse réelle, sur la chorégraphie, et des éléments de making-of ciblés.

Les utilisateurs ont donc à nouveau pris le parti de la Slow TV, comme le soulignait Thierry Moreau sur Twitter peu de temps après la prise d’antenne. Dans son sillage, de nombreux twittos ont loué l’esthétique léchée et les envolées sonores planantes de Slow Moscow, à tel point que le nombre de tweets émis par heure de programme a dépassé le score réalisé par Tokyo Reverse malgré une diffusion en troisième partie de soirée. Même son de cloche sur Snapchat où 20% de l’audience Twitter a été convertie en à peine six heures, et où les Stories ont été vues plus de 13 500 fois. 30% des followers du compte Snapchat ont vu la totalité de ces Stories en entier.

// Articles sur le même sujet: