groupm_200

Questions à Jean Baptiste GARNIER, Digital Director EMEA, GroupM – Programmatique EXPO

>> Quelle est votre définition 2015 de la publicité programmatique ?
Un écosystème qui impose de revoir la conception du branding par rapport à la performance. Cela est d’autant plus vrai pour les clients et agences qui faisaient cette distinction depuis de nombreuses années.

>> Vous êtes plutôt « demand » ou « sell » side ?
Demand side uniquement

>> Quels sont les avantages immédiats de travailler en programmatique ?
Etre au plus près de l’internaute, et plus seulement sur la seule base du contenu des sites qu’il/elle visite.
Permettre une approche d’optimisation des campagnes plus poussée et qui s’apparente plus à celles du Search Marketing que du Display traditionnel (plus de leviers, plus d’indicateurs)

>> Quels sont les étapes incontournables pour réussir sa stratégie programmatique ?
Avoir des objectifs (KPI) et une feuille de route claire. Choisir ses partenaires (techno, éditeurs, etc.) avec soin. Mettre en place l’infrastructure et les compétences humaines nécessaires à des modèles d’attribution efficaces. Connecter son DSP aux autres outils et canaux (search, affiliation, social, emailing, etc.) afin de faire les meilleurs arbitrages budget/performance possible. Se donner le temps de tirer les enseignements, c’est-à-dire ne pas aller trop vite en besogne dans le procesus d’optimisatio.

>> Quelles seront les nouveautés programmatiques 2015 ?
Les objets connectés et la data afférente (fitbit, montre, etc).
Les voitures connectées (Android Auto).
La part du mobile programmatique qui ne peut que croître.
Forte consolidation tant des réseaux que des technologies native in-video programmatique.

// Articles sur le même sujet: