Photo_Severin_Naudet_Socialyse_Havas

Séverin Naudet rejoint SOCIALYSE, la filiale « social media » d’Havas

Internet et ses nouveaux usages révolutionnent la stratégie de l’entreprise. Les réseaux sociaux ont changé le marketing et la publicité pour toujours. Ils créent un lien direct entre les consommateurs et leurs marques. C’est un levier de croissance stratégique et un canal de communication privilégié.

 

« SOCIALYSE » est la filiale d’Havas, internationale et de référence, qui développe et implémente pour les marques des stratégies marketing globales sur les réseaux sociaux. « SOCIALYSE », présent dans plus de 50 pays, réunit les meilleurs experts en stratégie sociale. Des équipes de passionnés permettent aux marques de développer leurs activités, d’atteindre de nouveaux marchés de croissance, de contrôler leur image et leurs messages en accompagnant et en structurant un écosystème.

 

Séverin Naudet est nommé « GLOBAL HEAD of SOCIALYSE» pour piloter le développement et la croissance de l’entité, une priorité pour le groupe HAVAS.

 

Séverin Naudet, 37 ans, a débuté chez Virgin Music où il a travaillé avec les plus grands artistes français et internationaux (Etienne Daho, Alain Souchon, Ben Harper ou encore Lenny Kravitz). Il quitte la « major » pour créer sa propre société d’édition et de production musicale à Paris et à New York qu’il développe déjà sur le web.

 

En 2004, il est nommé conseiller pour les industries culturelles et les médias auprès du Ministre de la Culture et de la Communication. Les dossiers sont complexes et nombreux : financement des industries culturelles, droit d’auteur à l’ère de la société de l’information.

 

En 2006, il rejoint les fondateurs de Dailymotion comme Vice-Président et directeur du contenu pour faire du premier site communautaire de partage de vidéos un champion du web français. Dailymotion va contribuer à changer les usages du web.

 

En mai 2007, il devient conseiller du Premier ministre pour Internet et le multimédia. Il pilote à Matignon, pendant 4 ans, les réformes de e-gouvernement et de e-administration : le passage de 700 sites Internet de l’Etat à 60, les consultations publiques en ligne sur les grands enjeux de politique intérieure comme le « Grenelle de l’environnement » ou les « Etats Généraux de l’Outre-Mer », la politique « d’Open data et d’Open Government ».

// Articles sur le même sujet: